Février en une crêpe…

– février 2018 –

Les crêpes de février !

Ils dégustaient les crêpes avec gourmandise.
Maman y avait mis du sucre, de la farine. Énormément de tendresse.
A la chandeleur disait-elle, les crêpes sont des chandelles lumineuses.
Elles rajeunissent les grands et font sautiller les petits.

La chandeleur, ouvre le mois de février.
Il est le plus petit…le plus intérieur aussi.
Il est ce mois où tout se dit sans paroles. Les arbres gardent silence. Le ciel est sombre et la brise légère se prolonge dans la nuit.
La liturgie, elle, murmure la petite enfance de Jésus.
Elle nous invite à bien amasser la pâte de notre vie.
L’amasser avec enthousiasme et vigueur, car le carême viendra.
Février, mois serein et court.

Dieu parle…murmure tout bas pour ne pas nous offusquer.
Il regarde la léthargie de nos paresses hivernales. Il les comprend.
Il attend le réveil printanier avec patience.
Bientôt il prononcera une parole forte, parole pascale, parole de printemps.
Serons-nous disponibles pour l’écouter ?
L’hiver deviendra printemps et du silence jaillira la parole.
La parole donnera son fruit.

A la chandeleur paroles, crêpes et vie sont les condiments de nos rencontres avec « l’Homme-Dieu » qui grandit à notre mesure. A notre taille.
Février peut s’habiller en chandelle lumineuse.
Il peut dévoiler le mystère intérieur : Dieu silence. Dieu patience. Dieu intimité.
Dieu à la pâte de nos existences.
Puissent les crêpes de février nous approcher du Dieu qui garde silence dans nos vies agitées.
Bientôt, d’un mot, en une crêpe, Dieu va dire de quel amour Il nous aime.
Ce sera le Carême.

Père Mathias